Le lycée s'engage ! CR REUNION DU 18 OCTOBRE 2017

Catégorie : PRESENTATION & PRINCIPES

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 18 OCTOBRE 2017

SUR L’ENGAGEMENT DU LYCEE DANS UNE DEMARCHE DE DEVELOPPEMENT DURABLE  POUR L’ANNEE 2017-18

Une réunion s’est tenue à la cantine du lycée de 10h à 11h en présence de Mme Defontaine, de notre Chef cuisinier, de l’équipe de restauration, de Mme Mansuy, M. Privat, des responsables des espaces verts, de Laurent Ferreira, Mme Dumeige et Mme Dagicour Professeurs et  Mme Rouxel CPE.

L’ordre du jour : Le développement durable est présent dans le projet d’établissement (axe 3) qui va arriver à terme en 2018. L’objectif est aussi d’obtenir le niveau 2 du label E3D en s’inscrivant dans une démarche durable sur plusieurs années et en incluant tous les acteurs du lycée. Le Développement durable inclut une démarche qui est juste socialement, viable économiquement, et respectueuse de l’environnement. (principe né en 1987 du rapport Brundtland, voir aussi sur l’ENT la rubrique sur l’Agenda 21)

Tout d’abord, sur la base de plusieurs exemples vus dans d’autres établissements sur internet, j’ai suggéré plusieurs pistes d’action possibles pour engager notre établissement dans une démarche de développement durable :

Sur la forme :

Réunir les éco-référents sur la base du volontariat dès la rentrée des vacances de Toussaint (le lundi de la rentrée à 12h35) pour réfléchir sur les thèmes en lien avec le développement durable et l’agenda 21 au lycée.  Ces éco-référents seraient porteurs de projet et acteurs pour sensibiliser les autres élèves. L’idée serait de constituer un club alternativement le lundi SA  au CDI avec Mme Chemin ou moi, et le vendredi SB avec Eva Diop et éventuellement Emilie Hocquet. Il faudrait voir aussi dans quelle mesure ces éco-référents peuvent élire un représentant par niveau (2nde, 1ere, terminale) qui pourrait être invité au CESC, au CA et au CVL.

 Réunir trois comités de pilotage E3D par an, avec des représentants des différents membres de l’administration, du personnel, des élèves pour faire le point sur l’avancement des différents projets et associer tous les acteurs du lycée de façon coordonnée, car c’est ce qui manque dans notre lycée.

Sur le fond : trois thèmes ont été abordés :

Point 1 : La lutte contre le gaspillage alimentaire

  • Le problème du pain. Le personnel de restauration n’est pas contre l’idée de faire un « gachimètre » concernant le pain non utilisé. Peut-on le récupérer pour le donner à des fermiers à l’extérieur comme cela se fait à Fontenilles ? Notre chef cuisinier nous a rappelé que la réglementation empêche de sortir la nourriture de la cantine pour des questions de responsabilité.Peut-on le trancher ? Il faudrait faire l’acquisition d’une trancheuse, et donc cela donne du travail en plus au personnel. Le chef cuisinier rappelle qu’il faudrait réparer d’autres machines avant…
  • Récupérer les déchets verts des assiettes (légumes, crudités) pour les mettre dans des bacs adaptés, comme cela se fait au lycée Pierre d’Aragon de Muret ? Plusieurs problèmes se posent, d’après le personnel de restauration. D’abord, la cantine n’a pas été conçue comme cela, donc le couloir est trop étroit, le mur est un mur porteur, donc on ne peut pas le casser. Donc il manque de place pour mettre des bacs adaptés en bout de chaine. De plus, qui va les vider quand ils sont pleins ? Qui va surveiller les élèves pour être sûr qu’ils fassent le tri correctement ? Où mettre ensuite les déchets verts ? Dans un compost, pour mettre où ? Dans une méthanisation ? Associer la mairie pour la récupération de ces déchets verts ?

Il est rappelé que les bons gestes doivent être fait au collège avant le lycée pour une meilleure éducation.

  • Une charte de restauration durable ? L’idée est de rappeler les droits et devoirs de chacun : proposer aux élèves une restauration de qualité, en échange de quoi est rappelé leurs devoirs en terme de lutte contre le gaspillage.
  • Mme Dumeige soulève la question des paniers repas en sortie : pourquoi ne pas faire faire son sandwich par les élèves directement, pour ne pas multiplier le suremballage ? Et pour éviter la bouteille d’eau, demander aux élèves de prendre leur gourde. Mais cela suppose d’être un peu organisé avant la sortie.

Point 2 : les déchets (hors restauration)

  • Le recyclage des mégots de cigarettes : la buse actuelle présente deux problèmes, elle se vide avec le vent, et les personnels qui fumentprès de la grille côté professeurs n’osent pas trop partager cette buse avec les élèves, donc certains jettent par terre et aimeraient un cendrier propre. Mme Rouxel explique qu’il faudrait donc deux cendrier fermés. Mme Dumeige dit qu’on pourrait s’inspirer de ce que font certains lycées professionnels, à qui on pourrait passer commande de deux cendriers (design précise Mme Mansuy) adaptés ànos besoins. Donc contacter Eugène Montel ? La socitété mé-go propose de faire des billes plastiques avec des mégots recyclés, reste à établir le prix et la fréquence. Mme Mansuy rappelle que devant le lycée, c’est la responsabilité de la mairie pour installer ces cendriers.
  • Le tri des papiers dans les poches jaunes : ces poches jaunes sont largement sous-utilisées. Les professeurs et les éco-référents doivent faire passer le mot auprès des élèves des classes pour qu’ils ne jettent pas le papier dans les poubelles ordinaires .Des agents rappellent que les professeurs en salle des professeurs ne font pas non plus la distinction entre poubelles jaunes et poubelles ordinaires.
  • Mme Dumeige rappelle qu’avec les secondes qui vont être équipés d’ordinateurs, peut-être que les professeurs pourraient faire moins de photocopies ?
  • Les agents en profitent pour rappeler le problème récurrent concernant le manque de propreté des toilettes (urine par terre…etc)

Point 3 : l’énergie

  • Les ampoules basse consommation ?M.Privat précise que quand elles ne fonctionnent plus, elles sont remplacées par des ampoules basse consommation.
  • Il faudrait penser à éteindre les lumières quand elles sont allumées en plein jour sans nécessité. Et éteindre les ordinateurs pour ne pas qu’ils restent en veille. Qui contacter en cas de demande d’informations par les éco-référents  sur les dépenses énergétiques ? Mme Mansuy ou M.Privat. Mme Mansuy précise que les éco-référents peuvent avoir des données chiffrées au moment du CA sur les dépenses énergétiques de l’établissement.
  • Une meilleure signalétique ?

 

En marge de la réunion, voilà des précisions complémentaires sur l’ opération O déchets avec les secondes en EMC . Il y aura la diffusion du film Demain au cinéma de Fonsorbes le 13 novembre auprès de 6 classes de seconde, et l’iintervention de Mme Hocquet auprès de trois classes de seconde. L’association « tribord » a déjà fait son intervention auprès de trois autres classes en lien avec l’opération O déchets

 

Pour l’opération O déchets, des pinces ont été commandées. Il est indispensable d’être deux adultes par sortie pour encadrer les élèves, en particulier au moment du tri. Les deux poubelles (une jaune et une verte) nous ont été prêtées sur l’année pour cette opération, tenir au courant  Laurent Ferreira quand vous faites l’opération avec votre classe pour qu’il ramasse les poubelles que vous aurez laissées pleines, devant l’entrée de la chaufferie (côté parking de bus).

 

Même si les solutions ne font pas consensus, cette réunion a eu le mérite de faire émerger des problèmes et d’évoquer des réponses collectives possibles à plus ou moins long terme.

 

CR fait par Anne Dagicour, enseignante d’histoire-géo et EMC

Modifier le commentaire 

par YANNICK GUILLET le 20 oct. 2017 à 18:14

haut de page